Comment les normes contribuent-elles au succès de l'intelligence artificielle

L'intelligence artificielle (IA) a depuis longtemps cessé d'être de la science-fiction. Que ce soit dans les usines, le secteur du transport, les banques ou le monde médical, les applications d'IA rendent les processus plus intelligents et plus efficaces. Et ce n'est qu’un début. Au cours des prochaines années, l'IA aura un impact toujours plus grand sur notre façon de vivre, de travailler et de faire des affaires. Des normes sont en cours d'élaboration afin de garantir de bons accords en la matière.

Quand vous pensez à l'expression « intelligence artificielle », vous ne pensez vraisemblablement qu'aux robots ou aux voitures à conduite autonome. L’IA évoque en effet principalement des images de séries de science-fiction. Cependant, les applications de l'IA ne sont pas toujours aussi futuristes. L'abréviation « IA » désigne l'ensemble des technologies qui contribuent à rendre les machines plus intelligentes, afin qu'elles discernent des modèles et des règles dans de grandes quantités de données.

Disruption et inquiétude

Les technologies – machine learning, big data, analytics, internet des objets, etc. –- qui rendent les machines intelligentes sont actuellement disponibles en grand nombre. Pourtant, la mise en œuvre de l'IA reste souvent un défi. L'IA cause une disruption et soulève donc beaucoup de questions. Les organisations doivent adapter leur fonctionnement interne pour mettre en œuvre ces nouvelles technologies. Et la société regarde l'évolution avec suspicion : qu'en est-il de la vie privée et de la sécurité ? L'IA va-t-elle nous prendre nos emplois ?

Les normes en tant qu'ancrage

Un domaine comme l'IA, qui évolue très vite et soulève des questions, a besoin d'accords qui constituent un ancrage. Les normes offrent un cadre idéal à cet égard.

« La technologie fait désormais partie intégrante de notre vie : chaque individu et chaque entreprise dans tous les secteurs y sont confrontés. Sans parler du fait qu'elle devient de plus en plus intelligente. Saviez-vous que nos smartphones actuels sont plus intelligents que toutes les missions Apollo réunies ? C'est pourquoi l'IA requiert des normes », dit Wael William Diab, senior director chez Huawei. Ce stratège technologique a plus de 850 brevets liés aux TIC à son actif. Aujourd'hui, il préside le sous-comité technique que l'ISO et la Commission électrotechnique internationale (CEI) ont créé fin 2017 pour les normes sur l'IA.

L'écosystème complet de l'IA à la loupe

« Les gens veulent comprendre comment fonctionne l'IA. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'ils l'accepteront pleinement », poursuit Wael William Diab. « D'où notre volonté de développer des normes en la matière. Je m'attends à ce que de nombreuses normes soient élaborées, en particulier dans des domaines qui concernent tout le monde. Et je m'en réjouis. Les normes contribueront au succès de l'IA. »

Comment fonctionne le sous-comité ?

Étant donné que l'IA est un domaine vaste qui implique de nombreux intervenants et processus, la commission de normalisation présidée par Wael William Diab a constitué différents groupes de travail, dont chacun a son propre éventail de tâches. Si vous souhaitez en savoir plus sur l'approche de la commission, nous vous invitons à lire le deuxième article de cette série de blogs consacrés à l’IA. Vous y trouverez plus de détails sur les groupes de travail et leurs responsabilités.

En savoir plus sur la normalisation pour l’IA.

Restez informé

Vous souhaitez suivre les développements de l’IA en Belgique ? Ne manquez pas de suivre nos actualités ou contactez-nous . Et n'oubliez pas de vous inscrire pour recevoir notre newsletter.