Aller au contenu principal

Dernière ligne droite pour la norme européenne relative aux soins orientés-patient

cherche sur le site web des pages web, des actualités, des formations et des événements

Dernière ligne droite pour la norme européenne relative aux soins orientés-patient

Rapprocher patients et personnel soignant, tel est (en résumé) l'ambitieux objectif d'une nouvelle norme européenne relative aux soins orientés-patient. Le projet de norme est désormais sur la table et toutes les parties intéressées – des hôpitaux aux médecins traitants en passant par les patients et leurs familles – ont jusque fin juillet 2019 pour accroître encore l'efficacité de cette norme. Le NBN a d'ores et déjà braqué ses projecteurs sur Billy-Ray Muraille, expert en normes dans le domaine « santé et sécurité » pour l’Association Belge de Recherche et d’Expertise des Organisations de Consommateurs (AB-REOC).

Les dépenses liées aux soins de santé engloutissent une part conséquente du budget de l'État. D'après le journal De Tijd, pour chaque tranche de 100 euros payés par le contribuable belge, 14,2 euros sont affectés au secteur. Toutefois, la mise en place de soins de santé solides est l’un des piliers d'une société prospère. Mais comment pouvons-nous rendre nos soins de santé encore plus efficaces et, surtout, plus orientés-patient ? La Commission technique 450 du Comité européen de normalisation (CEN) se penche sur cette question depuis 2016. En ligne de mire : une nouvelle norme EN pour toute l'Europe sous l'intitulé « Patient involvement in healthcare - Minimum requirements for person-centered care ». 

 

Les soins de santé belges en quelques mots

« La Belgique a un système de soins de santé performant depuis de nombreuses années », explique Billy-Ray Muraille. « Ainsi, dans son dernier rapport, le Centre fédéral d'expertise des soins de santé précise que dans le secteur, notre pays obtient des scores supérieurs à la moyenne européenne pour la satisfaction des patients. Mais avant de pavoiser, prenons note des quelques observations suivantes : les régions rurales affichent de meilleurs résultats que nos villes en termes de satisfaction des patients. Ensuite, les patients sont généralement plus satisfaits de leur médecin traitant que des hôpitaux, et le type de maladie ou d'affection joue également un rôle important. Les patients d'aujourd'hui sont en outre mieux éduqués, plus critiques et plus exigeants envers les soins qui leur sont prodigués, d'où un risque d'éloignement à terme entre leurs attentes et la réalité. Enfin, les soins de santé subissent d'énormes pressions politiques et sociales, alors que les ressources financières ne sont pas toujours proportionnelles. » 

 

Win-win pour les patients et le personnel soignant

Billy-Ray Muraille : « La nouvelle norme européenne entend fournir une solution orientée-patient pour tous ces défis, en se basant sur les ressources, antécédents, besoins, souhaits et préférences individuelles des patients. Ainsi, le partage des informations et la prise de décisions inclusives sont deux priorités manifestes de l'actuel projet de norme, avec des exigences pour chaque phase des soins : avant, pendant et après. Cela profitera non seulement aux patients mais aussi au personnel soignant. L'application de la norme facilitera la mise en place d'un véritable partenariat entre les deux parties. »

 

Billy-Ray Muraille expose les 6 principaux avantages de la norme relative aux soins orientés-patient :

  1. Applicable aux niveaux stratégique, opérationnel et individuel ;
  2. Plus grande satisfaction des patients, y compris dans les domaines à haute intensité de soins ;
  3. Meilleurs résultats thérapeutiques, avec moins de coûts pour la société ;
  4. Applicable aussi bien dans les hôpitaux que dans les cabinets de médecins ou d'autres domaines de soins ;
  5. Base solide pour l'évaluation des politiques menées à l'échelon national et européen ;
  6. Point de repère pour le renouvellement des formations médicales.

 

Coup d'œil sur l'avenir

« Ce projet de norme européenne est l'un des premiers du genre », poursuit Billy-Ray Muraille. « La plupart des normes issues du monde médical sont des normes techniques portant sur des dispositifs médicaux, tandis que le développement de ‘normes humaines’ en est encore à ses premiers balbutiements. Le principal mérite du projet de norme réside donc dans le rôle central qu'il accorde à l'humain dans toute sa complexité. Les exigences orientées-patient n'entraîneront pas une révolution au sein de notre pays, mais créent un cadre de base pour rehausser le niveau des domaines de soins affichant des scores de satisfaction moins élevés. La Belgique est en outre très active dans le développement de nouvelles technologies dédiées à l'amélioration du contrôle et du soutien des patients, de sorte que la nouvelle norme offre une opportunité économique évidente. »

 

Une enquête publique d'une valeur inestimable

Billy-Ray Muraille : « Des profils très diversifiés ont collaboré au projet de norme : universitaires, médecins, représentants d'hôpitaux et d'associations de consommateurs,... Mais bien que ses exigences découlent d'une foule de contributions et bonnes intentions, elles risquent fort de négliger l'un ou l'autre aspect. Ou à l'inverse, d'insister trop lourdement sur certains points. Voilà pourquoi l'enquête publique est tellement indispensable. Tout un chacun peut examiner et commenter le projet afin qu'au moment de sa publication, la norme réponde de façon optimale aux besoins et pratiques de notre société. Mon message est donc le suivant : si vous êtes concerné de près ou de loin par les soins de santé, ne laissez pas passer votre chance de contribuer à la mise en forme du projet de norme. »

 

Une norme en accord avec les développements sociaux 

« Les 79 sites hospitaliers de Wallonie sont d'ores et déjà actifs, dans une certaine mesure, avec des processus qualité où le patient joue un rôle central. La nouvelle norme ne fera que renforcer cette évolution. Elle contient notamment des définitions, objectifs et études de cas, mais c'est surtout au niveau philosophique qu'elle fait la différence. De nombreux patients passent en effet beaucoup de temps avec des prestataires de soins et dans des établissements médicaux. La mise en place d'une approche à dimension humaine est donc un must pour contrebalancer l’accent mis actuellement sur la technologie, ou du moins le compléter. »

Pascal Delvaux de l’Agence pour une Vie de Qualité (AViQ).

 

 

Envie de savoir comment vous pouvez formuler votre feed-back sur le projet de norme relative aux soins orientés-patient ?

À partir de fin mai, vous aurez 60 jours pour contribuer à la mise au point de la norme via le portail NBN Public Enquiry.

Vous avez des questions sur l'enquête publique ? Prenez contact avec Pauline Billiouw au +32 (0)2 738 01 12, au +32 (0)479 73 23 78 ou à l'adresse pauline.billiouw@nbn.be.

N'hésitez pas à partager cet appel avec d'autres professionnels des soins de santé, patients, membres de leurs familles, etc. Leur opinion aussi peut enrichir la norme !