Aller au contenu principal

La nouvelle série de normes ISO 34101 garantit un cacao durable et traçable

cherche sur le site web des pages web, des actualités, des formations et des événements

La nouvelle série de normes ISO 34101 garantit un cacao durable et traçable

Les parties prenantes de toute l'industrie cacaoyère, y compris les géants du cacao que sont le Ghana et la Côte d'Ivoire, ont uni leurs forces pour professionnaliser le secteur. Le résultat ? Une première série de normes internationales sur la production de cacao durable et traçable : l’ISO 34101 - Cacao durable et traçable. Les cacaoculteurs disposent ainsi d’outils pour une croissance durable et de meilleures conditions de travail, tandis que les transformateurs de chocolat et les consommateurs bénéficient, grâce aux normes, de garanties sur l'origine des fèves de cacao. En d'autres termes, tout le monde est gagnant. De plus, l’ISO 34101 contribue à la concrétisation de 4 ODD.

Demandez au hasard à dix personnes à l'étranger quel est le produit d'exportation belge par excellence et le chocolat sera forcément parmi les trois premiers cités. Année après année, nos chocolatiers remportent des prix prestigieux et font tout ce qui est en leur pouvoir pour maintenir cette position de leader. Avec la série de normes ISO 34101, la cacaoculture connaît une professionnalisation poussée.

L'industrie chocolatière belge en chiffres :

2

La Belgique est le deuxième exportateur mondial de chocolat.

260

Tel est le nombre d'entreprises belges impliquées dans le secteur du chocolat chaque année.

600.000

C’est le nombre de tonnes de chocolat belge qui sont exportées chaque année.

5 milliards

Le chiffre d'affaires annuel du secteur belge du chocolat.

Source : SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement.

Beyond Chocolate s'engage pour un cacao durable

Aujourd'hui, les consommateurs attachent une grande importance au caractère durable des produits, y compris dans le secteur alimentaire. Répondre à cette demande, tel est l'objectif du partenariat Beyond Chocolate. En décembre 2018, les secteurs belges du retail et du chocolat, la société civile, des investisseurs à impact social et des universités ont apposé leur signature au bas de l'accord de coopération. Donner aux cacaoculteurs locaux un revenu décent est l'une des priorités des partenaires. Après tout, la culture des fèves de cacao est une activité complexe à forte intensité de main-d'œuvre, dans laquelle les cultivateurs de cacao – en particulier les cultivateurs africains – manquent souvent d'infrastructures adéquates et travaillent dans des conditions difficiles. Ces deux facteurs mettent l'avenir de l'industrie cacaoyère sous pression, mais grâce à la nouvelle série ISO 34101, on voit la lumière au bout du tunnel.

Le CEN et l'ISO créent un large consensus

La série ISO 34101 est le fruit d'une collaboration entre le CEN (Comité européen de Normalisation) et l'ISO (Organisation internationale de Normalisation). Les deux organisations ont mis en place des comités de normalisation composés d'un large éventail d'experts internationaux et d'une forte représentation des acteurs ghanéens et ivoiriens. 

Top 5 des producteurs de cacao dans le monde :

  1. Côte d'Ivoire : 1.448.992 tonnes/an
  2. Ghana : 835.000 tonnes/an
  3. Indonésie : 777.500 tonnes/an
  4. Nigéria : 367.000 tonnes/an
  5. Cameroun : 275.000 tonnes/an

Source : Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture.

« C’est ce processus de normalisation largement soutenu qui confère sa force à l'ISO 34101 », déclare Jack Steijn, président des comités techniques du CEN et de l'ISO. « La série de normes aura un impact positif sur l'industrie cacaoyère en renforçant la position des producteurs de cacao, en protégeant la nature et en offrant aux transformateurs de cacao des garanties de production durable. Les normes ISO 2292:2017 et ISO 2451:2017 constituaient déjà des amorces dans la bonne direction, mais la série de normes ISO 34101 en quatre parties place la barre encore plus haut. »

Les quatre parties de la norme ISO 34101 :

  1. Partie 1 : Exigences relatives aux systèmes de management de la durabilité du cacao
    Exigences relatives aux processus de management, tels que le séchage, le tri et l'emballage des fèves.
  2. Partie 2 : Exigences de performance
    Exigences relatives aux aspects économiques, sociaux et environnementaux de la cacaoculture.
  3. Partie 3 : Exigences de traçabilité
    Exigences relatives à la conception et à la mise en œuvre d'un système de traçabilité.
  4. Partie 4 : Exigences pour les systèmes de certification
    Exigences relatives aux processus de certification et aux organismes de certification.

Du sur mesure pour les cacaoculteurs locaux

« L'un des principaux avantages de cette première norme internationale sur le cacao durable et traçable est sa flexibilité », poursuit Jack Steijn. « Elle permet aux producteurs de cacao de se mettre progressivement en conformité avec les exigences de la Partie 1. Pour ce faire, ils mettent en œuvre le Cocoa Farm Development Plan, qui permet aux producteurs d'évaluer rapidement la faisabilité et l'opportunité d'une transition vers un système durable. S'ils décident d’entreprendre cette démarche, ils ont la possibilité de satisfaire étape par étape à toutes les exigences fixées pour la certification. »

Zoom sur les 4 ODD

La norme ISO 34101 contribue à la concrétisation de 4 Objectifs de développement durable des Nations Unies, dont le but est de créer un monde meilleur et plus durable d'ici 2030.

  • ODD 2 : éliminer la faim
  • ODD 8 : travail décent et croissance économique
  • ODD 10 : réduire les inégalités
  • ODD 12 : consommation et production responsables

 

Cette norme vous intéresse ?

Achetez la série ISO 34101 dans l'e-shop de l’ISO.

Pour plus d'informations sur le partenariat Beyond Chocolate et d'autres projets belges de développement durable, cliquez ici.