Les normes de sécurité incendie pour les bâtiments : ce que vous devez savoir

Chaque année en Belgique, environ 10.000 incendies se déclenchent dans des bâtiments. Les dégâts matériels et humains sont souvent considérables. Pour éviter cela, il existe un patchwork de lois, de règles et de normes – plus de 600 ! – concernant justement la sécurité incendie. Comment intégrer tout cela dans une politique efficace ? Pour satisfaire votre curiosité, nous vous proposons un tour d'horizon par phases : de la prévention des incendies à leur gestion.

Pas un libre choix

En théorie, appliquer des normes n'est pas une obligation. Elles sont synonymes de savoir-faire et vous choisissez vous-même les normes que vous utilisez ou non dans votre organisation. Dans la pratique, il existe cependant des exceptions : l’application de certaines normes devient obligatoire lorsque des lois ou des règlements s'y réfèrent. Voici deux exemples :

  • AR Normes de base : ce document fait référence aux normes européennes et aux classes de feux, et sert de base à la sécurité incendie dans notre pays.
  • Construction Products Regulation (CPR) : ce règlement européen impose aux fabricants de se conformer à des normes de produits et de tests spécifiques lors de la production de matériaux de construction.

Les normes peuvent également être rendues obligatoires par un contrat ou un cahier de charges. 

Phase 1 : prévention des incendies

La sécurité incendie commence dès la conception ou la rénovation de bâtiments. Les architectes sélectionnent des matériaux de construction résistant au feu, prévoient des murs et des portes anti-feu, vérifient que tous les certificats de performance aient été obtenus, décident des sorties (d'urgence), etc. Les facteurs suivants sont d’emblée très importants pour prévenir les incendies :

1. Réaction au feu des matériaux

En d'autres termes : à quelle vitesse et avec quelle intensité certains matériaux brûlent-ils ? Produisent-ils beaucoup de fumée? Le cas échéant, celle-ci est-elle nocive ? Les réponses à ces questions se trouvent dans le système européen de classement de réaction au feu, qui couvre 7 classes principales.

Il convient de ne pas sous-estimer l'importance de ces questions. Ainsi, la réglementation belge (sous la forme de l’AR Normes de base) se basant sur le  système européen de classement de réaction au feu fixe des exigences pour les matériaux utilisés dans les locaux présentant un risque d'incendie accru, tels que les cuisines collectives, les parkings et les cages d'ascenseur.

Classe de feux des matériaux et éléments de construction – Série de normes NBN EN 13501

Bon à savoir !

La réglementation belge sur la sécurité incendie des façades est en passe d’être révisée.

2. Résistance au feu des matériaux

Ce facteur détermine la durée pendant laquelle un élément de construction (murs, parois, portes...) résiste au feu. Il comprend 3 performances principales : la stabilité au feu (R), l’étanchéité au feu (E) et l'isolation thermique (I). Il existe également des propriétés facultatives, telles que la perméabilité à la fumée (S) pour les portes coupe-feu ou la capacité de protection (K) du revêtement.

CONSEIL !

La résistance au feu des matériaux peut être calculée en utilisant les Eurocodes et les tests.

 

3. Mesures organisationnelles

La sécurité incendie est reprise dans le Code du bien-être au travail. Les employeurs sont notamment tenus de mener une politique proactive en matière de risques d'incendie, de prévoir des formations, d'organiser des exercices d'évacuation, de placer des issues de secours et des panneaux de signalisation ainsi que de sensibiliser leurs collaborateurs aux risques d'incendie. Dans les grandes organisations, un conseiller en prévention encadre ces activités.

  • Affichages liés aux thématiques de la santé et de la sécurité – NBN EN ISO 7010
  • Type d’éclairage utilisé (éclairage de secours) – NBN EN 1838
  • Eclairage adapté pour les sorties de secours – NBN EN 50172

 

Un bâtiment n'est pas l'autre

Les normes applicables dépendent du type de bâtiment que vous souhaitez protéger. Par exemple, les écoles, hôpitaux et centres de soins résidentiels sont concernés par d’autres normes que celles applicables aux habitations privées. À titre d'illustration : la série de normes NBN S21-204, qui est devenue encore plus efficace en 2020, s'applique spécifiquement aux établissements scolaires nouveaux et existants.

Vous souhaitez protéger votre établissement scolaire de manière optimale contre les risques d'incendie ?

Phase 2 : détection des incendies

Le principal objectif de la détection des incendies est de détecter, de localiser et de signaler le début d'un incendie de manière aussi rapide et fiable que possible. La technologie la plus appropriée dépend du type de bâtiment et de son étendue.

 

1. Systèmes de détection et d'alarme incendie

Les systèmes de détection de débuts d’incendies, tels que les détecteurs de fumée, sont essentiels pour une intervention rapide.

 

2. Détection vidéo

Les caméras équipées d'un système intelligent de détection des incendies et de la fumée sont de plus en plus utilisées dans les zones où les méthodes traditionnelles ne suffisent pas, car elles sont trop lentes ou apportent trop d’informations inutiles.

 

3. Systèmes d'alarme vocale

En plus des signaux d'urgence, ces systèmes envoient également des messages vocaux. Le but étant d’informer les personnes présentes dans un bâtiment sur les procédures à suivre en cas d’incendie.

Phase 3 : lutte contre les incendies

En cas d'incendie, un système d'extinction automatique est primordial pour protéger la vie des personnes et les bâtiments. Les plus populaires sont les systèmes de gicleurs à eau ou à mousse (également connus sous le nom anglais de « sprinklers »), les systèmes de brouillard d'eau et les systèmes d'extinction à base de gaz ou de poudre.

Si ces systèmes sont rarement imposés par la réglementation belge, ils le sont par les assurances incendie.

1. Extincteurs d'incendie

Traditionele blustoestellen blijven een onmisbaar element voor brandveiligheid. Maar win tijdig advies in over het type blustoestel dat je nodig hebt.

CONSEIL !

Des sociétés spécialisées peuvent vous aider à choisir l’agent d'extinction (eau, mousse, poudres...) en fonction des classes de feux et de la capacité d'extinction de chaque agent. Prenez également en compte le type de risque d'incendie et la manière dont les extincteurs doivent être installés (ISO 11602-1), contrôlés et entretenus (NBN S 21-050) conformément à la réglementation en vigueur !

2. Gicleurs (« sprinklers »)

Ces systèmes d'extinction d'incendie dotés de têtes de pulvérisation sont largement utilisés : des zones industrielles aux centres commerciaux, en passant par les bureaux et les hôtels.

 

3. Systèmes d'extinction à mousse

Un système de lutte contre les incendies que l'on retrouve principalement dans le secteur (pétro)chimique.

  • Conception, installation, essais et entretien des systèmes d'extinction à mousse – NBN EN 13565-1 & 2

 

4. Systèmes d'extinction à gaz

Conçus pour une utilisation dans des zones à haut risque, telles que les centres de données ou les cabines à haute tension. Ces gaz sont particulièrement efficaces sur les appareils électroniques en feu.

 

5. Systèmes d'extinction à poudre

Ces systèmes se trouvent généralement à proximité des brûleurs à mazout, des salles de machines des ascenseurs ainsi que près d’installations industrielles spécifiques.

  • Conception, installation, essais et entretien des systèmes d'extinction à poudre – NBN EN 12416-1 & 2

 

6. Installations EFC

Les systèmes d'extraction de fumée et de chaleur (EFC) limitent les effets dévastateurs du feu. Ils empêchent la propagation de la fumée et permettent à l'airde circuler. Un système EFC est d’ailleurs obligatoire pour les bâtiments industriels.

 

Phase 4 : gestion des incendies

Lorsqu'un incendie se déclare, votre Business Continuity Plan doit être mis en œuvre – un plan qui prévoit les mesures à prendre pendant et après l’incendie. Pour établir ce plan, vous devez vous poser les questions suivantes : quels sont les efforts nécessaires à fournir pour protéger votre entreprise contre des dommages potentiels et qui en sont les principaux acteurs?

  • Sécurité et résilience – Systèmes de management de la continuité des entreprises – Exigences – NBN EN ISO 22301

Contribution à l’élaboration de normes en matière de sécurité incendie

Si vous êtes fabricant ou fournisseur de produits ou de techniques liés à la sécurité incendie, concepteur ou monteur d'installations de sécurité incendie passive ou active, ou une autre partie prenante, vous pouvez devenir membre des commissions de normalisation belge et européenne qui traitent de cette thématique liée à la sécurité incendie.

Pour ce faire, il est préférable de contacter Sirris-Agoria, qui facilite l'élaboration de normes dans le domaine de la sécurité incendie en Belgique. Vous trouverez ici un aperçu de tous les opérateurs sectoriels et des domaines de normalisation.

Pour toute question relative au contenu des normes, veuillez contacter les experts de l'opérateur sectoriel et les antennes-normes relatives aux thématiques de la construction et de la sécurité incendie  de la CSTC et d’Agoria.

Vous souhaitez en savoir plus sur les normes en matière de sécurité incendie ?

Acheter des normes par le biais du NBN

Il existe plus de 600 normes en matière de sécurité incendie. Déterminez d’abord exactement celles dont vous avez besoin. Une fois votre sélection effectuée, rendez-vous dans notre e-shop. Celui-ci vous propose un large éventail d'options pour trouver vos normes de manière ciblée, pour payer de manière flexible, pour télécharger rapidement vos normes et les utiliser sans attendre.

CONSEIL !

Dans les résultats de recherche du NBN e-shop, vous verrez, à côté du numéro de la norme, de son titre et de sa date de publication, également les codes ICS. En utilisant ces codes lors de votre prochaine recherche, vous trouverez rapidement des normes provenant du même domaine d’activité.