L’économie du partage pour un monde plus durable

dit is de taalfr

L’économie du partage pour un monde plus durable

Nous partageons de plus en plus souvent des biens et des services avec la famille, les amis, les voisins ou les collègues. L’économie du partage (nous reprenons ici le terme utilisé par ISO mais les termes d’« économie collaborative » ou de « sharing economy » peuvent également être employés) est ainsi devenue l’un des secteurs à la croissance la plus rapide au monde. Elle contribue, en outre, fortement à la croissance économique et à la réalisation des objectifs environnementaux. La nouvelle norme NBN ISO 42500 - Économie du partage - Principes généraux énonce des lignes directrices garantes d’une croissance saine dans le secteur collaboratif.
 

Qu’est-ce que l’économie du partage ?

L’économie du partage met l’accent sur le partage des biens et des services. Le concept qui consiste à remplacer la propriété par le partage n’est pas neuf, mais l’évolution des technologies de l’information et l’émergence des plateformes en ligne, des appareils mobiles et des applications ont dopé la popularité et la croissance de cette économie collaborative.
 

Les avantages de l’économie du partage

L’économie du partage fait en sorte que les produits et les services atteignent davantage de consommateurs. Elle permet des modalités de travail flexibles et crée de nouvelles sources de revenus. Grâce à l’échange, les produits et services ne sont plus sous-utilisés et la propriété devient superflue. Ceci est dès lors bénéfique, tant pour la durabilité que pour l’économie circulaire, la réduction des déchets et la lutte contre la surconsommation !

L’économie collaborative améliore les transactions transfrontalières, ouvre de nouveaux marchés et élargit le choix offert aux utilisateurs. Résultat : des prix plus intéressants, un choix plus large et une qualité améliorée. Le développement de nombreuses nouvelles applications et plateformes stimule, en outre, l’utilisation des sciences et des technologies.
 

Les risques de l’économie du partage

L’économie du partage comprend néanmoins certains risques, surtout pour les utilisateurs :

  • des produits ou services qui ne présentent pas la qualité attendue ou qui ne sont pas livrés à temps ;
  • l’absence de garanties en matière de protection de la vie privée, un traitement incorrect des données à caractère personnel ou des atteintes à la protection des données ;
  • des dommages ou des problèmes dus à la mauvaise sécurité des produits, à la fraude ou aux escroqueries ;
  • des difficultés à introduire, traiter ou résoudre des plaintes.

Les plateformes disposent toutefois souvent d’un système d’évaluation qui permet de mesurer l’ampleur de ces risques dans le cadre d’une transaction potentielle.
 

L’économie du partage : un système qui rapporte

Une étude de 2016 relative à l’étendue du marché de l’économie collaborative estime à plus de 13 milliards d’euros les ventes mondiales dans les principaux secteurs. Les ventes atteindront près de 300 milliards d’euros à l’horizon 2025.
 

En quoi consiste la norme NBN ISO 42500 ?

La norme clarifie l’économie du partage et uniformise la terminologie. Elle définit des principes de base clairs pour le développement de l’économie collaborative et rend la participation accessible et intéressante pour toutes les parties prenantes.

La norme encourage des pratiques commerciales responsables et transparentes, dans le respect des personnes, des biens et de l’environnement. Elle instaure également un système qui garantit la sécurité de tous les participants à l’économie du partage ainsi que la fiabilité de l’infrastructure.
 

Quels sont les avantages de la norme NBN ISO 42500 ?

La norme NBN ISO 42500, qui offre un socle à l’économie du partage, présente plusieurs avantages :

  • elle définit des termes et des principes acceptés par toutes les parties prenantes ;
  • le fait d’ancrer les activités des plateformes d’économie collaborative dans des normes crée un cadre stable. Les plateformes deviennent un outil fiable pour des transactions sécurisées entre les utilisateurs et les fournisseurs ;
  • les consommateurs n’ont plus à craindre que les fournisseurs ne respectent pas les obligations liées à la transaction ;
  • la normalisation internationale favorise la mise en place de l’économie du partage et la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD 8 « travail décent et croissance économique » et ODD 12 « consommation et production responsables »).

Achetez la nouvelle norme

La nouvelle norme NBN ISO 42500 relative à l’économie du partage est en vente sur l’e-shop du NBN.

Participer à l’élaboration des normes ?

Vous vous y connaissez en économie circulaire ou en management de l’environnement ? Le NBN a besoin de vous !