Le laboratoire de l’AZ Damiaan teste des échantillons suspectés porteurs du coronavirus

dit is de taalfr

Le laboratoire de l’AZ Damiaan teste des échantillons suspectés porteurs du coronavirus

Tandis que le coronavirus (ou COVID-19) se propage, les laboratoires d’analyses médicales tournent à plein régime. Afin de traiter rapidement l’afflux important d’échantillons de test, ces laboratoires ont tout intérêt à appliquer une procédure normalisée pour obtenir des résultats valables et exacts. Cette approche leur permet de travailler de manière uniforme, et donc plus efficace. Le Dr Anne-Sophie Hervent, biologiste clinicienne et hygiéniste hospitalière à l’AZ Damiaan, explique l’impact des normes sur leur fonctionnement quotidien.

 

Lorsque le laboratoire de référence de l’UZ Leuven n’a plus été en mesure de traiter en interne les nombreux échantillons suspectés porteurs du coronavirus, l’AZ Damiaan lui a prêté main-forte. Chaque échantillon peut ainsi être testé dans les délais fixés, sans que sa stabilité soit compromise. Depuis le 2 mars, le test de dépistage du COVID-19 est une procédure de routine pour le laboratoire d’Ostende. Plus de 700 échantillons y ont été traités depuis cette date. « Chaque échantillon positif est envoyé au laboratoire de référence pour confirmation », explique le Dr Hervent.

 

La norme ISO 15189 offre un cadre complet, de la demande au rapport. Cette procédure normalisée nous permet d’effectuer les tests de manière plus rapide et plus efficace.

 

Dr Anne-Sophie Hervent, biologiste clinicienne et hygiéniste hospitalière AZ Damiaan

 

 

ISO 15189 : la qualité avant tout

Dans un laboratoire médical d’hôpital, des exigences strictes s’imposent pour garantir la qualité et la fiabilité des résultats des examens. Le laboratoire de l’AZ Damiaan applique la norme ISO 15189 – Exigences concernant la qualité et la compétence des laboratoires de biologie médicale et a été accrédité à cet effet par l’organisme belge BELAC. Par conséquent, les tests sont effectués selon une procédure définie et validée. Anne-Sophie Hervent : « Ce système de qualité est également soumis à une analyse de risques pour garantir des résultats de recherche fiables, valables et disponibles à temps. Et sur la base d'essais comparatifs avec d’autres laboratoires, qui évaluent notre compétence professionnelle, nous améliorons continuellement le système. Un cycle d’audits internes y contribue aussi. » 

 

La nécessité fait loi ?

Les laboratoires ont rarement reçu autant d’attention médiatique que ces dernières semaines. Au vu de la propagation rapide du COVID-19, la détection précoce de l’infection est une étape cruciale pour contenir le virus. Mais il n’est pas question de négliger la norme. « Normalement, un test n’est effectué en routine qu’après un processus complet de validation », poursuit le Dr Hervent. « Dans une situation d’urgence comme celle que nous connaissons aujourd’hui, il est possible de tester les échantillons des patients après une validation accélérée qui équivaut à un processus plus long. »

Cela signifie-t-il également que la procédure de test habituelle peut être accélérée ? « Non, nous ne pouvons en aucun cas nous écarter des procédures normalisées. Les tests sont réalisés selon un système automatisé avec des délais préprogrammés. En cas de forte demande, il est toutefois possible d’effectuer plus d’un cycle par jour, pendant la nuit par exemple. »

 

L’avantage des normes

« La procédure normalisée nous permet d’effectuer les tests de manière plus rapide et plus efficace », explique le Dr Hervent. Un constat qui contredit l’idée reçue selon laquelle les normes ne font que ralentir les choses. Principal avantage : « La norme ISO 15189 ne se concentre pas uniquement sur les mesures et les résultats. Elle fournit un cadre complet de la demande au rapport. En parallèle, elle combine de manière cohérente les exigences essentielles pour les laboratoires (ISO/IEC 17025 – Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d’étalonnages et d’essais) aux exigences spécifiques à l’environnement médical, et souligne l’importance des essais cliniques pour les soins aux patients. C’est là que réside la véritable valeur ajoutée des normes dans notre secteur. »

 

Le test du COVID-19 en trois étapes

Pour obtenir un résultat de test fiable, trois étapes sont essentielles. Dr Hervent : « La première étape est celle du prélèvement et du transport sans erreur des échantillons. Dans le cas spécifique du coronavirus, nous avons largement communiqué la méthode de travail à l’équipe spécialisée du service des urgences. Vient ensuite la phase analytique, au cours de laquelle notre laboratoire travaille avec un kit de test commercial sur une plateforme automatisée. La méthode de travail comprend, pour chaque échantillon un contrôle interne de l’extraction et de l’éventuelle inhibition, puis un contrôle positif et négatif. Le contrôle négatif permet de vérifier une éventuelle contamination. Les résultats du contrôle positif font l’objet d’un suivi quantitatif dans un progiciel distinct.  Dans la phase finale, les résultats sont revus et évalués de manière approfondie conformément à la norme ISO 15189, et communiqués sous forme électronique et papier. Cette approche est sûre, nous nous en portons garants ! »

 

Comment aborder la gestion de la qualité en tant que laboratoire médical ?

Au sein d’un laboratoire médical, la norme ISO 15189 est indispensable pour garantir la qualité des procédures. Achetez-la sur notre e-shop.

Envie d’apprendre à (mieux) connaître la norme ISO/IEC 17025 ?

Il existe également une norme de qualité pour d’autres laboratoires : ISO/IEC 17025. Achetez-la ou découvrez notre gamme de formations relatives à la norme ISO/IEC 17025. Le NBN propose des formations de base, des formations d’audit avancées et des parcours d’apprentissage